Cela fait deux mois environ que nous avons décidé d’explorer de nouvelles facettes de notre sexualité. Comme vous l’avez compris, nous avons doucement et progressivement mis un pied dans le vaste monde du BDSM. Ces dernières semaines ont été pour moi riche en découvertes, en apprentissages et en premières fois en tout genre. Nous avons acheté plein de nouveaux accessoires, nous testons de nouvelles pratiques et avons été au club libertin. Nous avons aussi créé ce site, nous sommes inscrits sur Twitter et nous échangeons quotidiennement avec vous et nos abonnés. Toutes ces nouveautés sont extrêmement plaisantes et en même temps parfois un peu angoissantes. Je m’explique…

Lorsque nous avons décidé de signer un contrat d’appartenance entre soumis B et moi-même, c’était avant tout une porte d’entrée pour pouvoir discuter des pratiques que nous envisagions de tester et des limites à fixer. Mais c’était aussi pour moi l’occasion d’investir plus “officiellement” mon rôle de Maîtresse. Quelque part, avoir rédigé ce contrat me donnait une “légitimité” aux yeux de mon soumis. La création de ce blog est venue renforcer cette sensation très agréable : je faisais mien ce rôle. Après avoir pris conseil auprès d’autres personnes ayant des blogs érotiques depuis longtemps, et étant donc rodés à l’exercice, il nous a été conseillé de s’inscrire sur les réseaux sociaux pour se faire connaître, gagner en visibilité et surtout pouvoir interagir plus facilement avec vous. Chemin faisant, nous nous sommes donc inscrits sur Twitter. Mais accepter de s’exposer ainsi, c’est aussi accepter les critiques, les jugements et le regard des autres. Je dois dire que pour le moment, je suis assez chanceuse d’avoir des abonnées bienveillants et compréhensifs dans 95% des cas. Mais les 5% restants me trotte parfois dans la tête. Nous vivons cette aventure à deux, en fonction de nos envies, fantasmes et besoins. Et nous les partageons en nous disant que si cela peut vous divertir aussi, ce n’est que du plus.

 

 

Ce qui m’importe dans tout ça, c’est de vivre cette nouvelle aventure à notre rythme, mais surtout comme nous le souhaitons tous les deux. Finalement peu importe que nous ne collons pas exactement au standard du “bon soumis” ou de le “bonne Maîtresse”. J’ai parfois lu que soumis B n’était pas un “bon soumis”, que ce n’est pas comme ça que se vit une vraie relation BDSM, que je n’étais pas assez cruelle avec lui, etc. Je considère la sexualité comme un terrain de jeu où la liberté est primordiale. En l’occurrence, la liberté d’être qui nous sommes présentement et d’agir entre nous comme nous le souhaitons tant que ça convient à notre couple. Alors je ne corresponds sans doute pas à l’image de la Maîtresse “parfaite”, c’est une certitude. Mais j’ai encore bien des choses à apprendre et nous prendrons le temps nécessaire pour cela. Et si j’apprends d’autrui, nous sommes aussi uniques, tout comme l’est notre relation. L’important étant que nous nous épanouissons ensemble. Et puis que mon amoureux ait accepté de me donner cette place de choix, c’est aussi une preuve d’amour indéniable. Revêtir ce “costume” de Maîtresse m’aide à prendre confiance en moi, c’est certain. Vos regards et vos retours si positifs y participent grandement aussi.

Petit à petit, nous trouvons donc notre place au sein de cette nouvelle relation. Nous ne nous mettons aucune barrière et vivons les choses au rythme de nos envies. Me concernant, je prends beaucoup de plaisir à assumer mes désirs auprès de mon soumis et à être de plus en plus directives avec lui. J’aime prendre les choses en main et qu’il s’abandonne complètement à moi. Je dois dire que le port de la cage de chasteté aide beaucoup à cela. Il est nettement plus obéissant et prompt à dire oui à toutes mes envies lorsqu’il est encagé. Et je prends cela comme un défi : qu’il devienne tout aussi docile et obéissant lorsqu’il n’est plus contraint par cette cage. Je sais que cela prendra du temps, mais que nous y parviendront. Mon soumis me désobéi parfois en refusant de porter sa cage ou en éjaculant en moi alors que je le lui avait interdit. Mais cette provocation et cette défiance si frustrante soit-elles sur le moment, me permettent en réalité de voir le chemin qu’il nous reste à faire, mais aussi et surtout d’élaborer quelques punitions qui sont grandement méritées. Avec la complicité de mes abonnés sur Twitter, j’élabore un scénario bien ficelé que je prends plaisir à vivre lorsque mon soumis rentre du travail. Et cette interactivité avec vous est d’ailleurs super plaisante ! Vous faire entrer dans notre intimité de la sorte est très excitant.

 

 

Concernant notre quotidien en dehors de la sexualité rien n’a changé et c’est parfait comme ça. Comme je l’avais écrit dans l’article “Maîtresse en devenir”, je ne souhaite pas avoir ce rôle de “Maîtresse” dans la vie de tous les jours. Je le vis comme un jeu, non comme un mode de vie. Et il m’arrive aussi parfois dans l’intimité de ne pas avoir envie d’être dominante, mais seulement souhaiter faire l’amour avec mon homme. Simplement, sans artifices, sans accessoires. Je profite et aime ces moments tout autant que ceux où nous prenons le temps de découvrir de nouveaux plaisirs.

Enfin, vous l’aurez compris, on se dévoile à vous en toute honnêteté et transparence. Je n’invente pas une personne que je ne suis pas simplement pour correspondre aux codes presque normatifs de la “parfaite dominante”. Mais je crois comprendre – et je l’espère – que c’est aussi ça qui vous plaît finalement : suivre notre cheminement, notre évolution, y prendre part éventuellement et prendre du plaisir à nous lire et à nous voir. 😉