Soumis dans sa cage

Ma cage de chasteté a été un des premiers jouets que nous avons acheté. L’idée de contrôler mon sexe a tout de suite plu à ma maîtresse. J’avoue que j’aime beaucoup cette idée aussi.

La première cage qu’on a acheté est une cage en plastique assez basique. Le choix dans le sexshop était assez limité. La cage est plutôt facile à mettre, car en plusieurs parties. Le maintient en place par contre n’est pas idéal, certaines pièces ont tendance a bouger. Ça reste assez agréable à porter malgré quelques petits pincements dû aux pièces qui bougent de temps en temps.

J’ai assez rapidement commandé une seconde cage en métal sur internet. Elle est constituée de deux parties uniquement. Un anneau fermé à placer derrière les testicules et une partie pour enfermer le sexe. Une fois assemblées les deux parties ne bougent pas c’est bien plus agréable.

La difficulté sur la cage de chasteté est d’en trouver une qui convienne parfaitement et qui soit à la bonne taille. Les tailles ne sont pas toutes indiquées lors de l’achat (longueur, diamètre, taille de l’anneau, etc) ce qui ne facilite pas le choix.
La cage en métal me plaît beaucoup mais n’est pas très facile à enlever surtout si on est excité à ce moment là. Le passage des testicules dans l’anneau est délicat, disons. Il faudrait idéalement que j’en trouve une avec un tube plus court, j’ai été un peu optimiste sur la taille de mon sexe, je crois.

La cage apporte vraiment beaucoup de sensations et modifie naturellement mon comportement. Quand je la porte, je la sens très souvent. Quand je marche, quand je m’assois, quand je vais aux toilettes. Cela me rappelle en permanence ma position de soumis et la chance que j’ai d’avoir ma maîtresse. Elle apporte également une grande frustration. Il n’est plus question de pouvoir se toucher quand je le souhaite. Mon sexe n’est plus à moi et il me faut la permission de ma maîtresse pour y accéder.

Soumis dans sa cage

Ce dispositif apporte aussi une forme d’humiliation. La première humiliation qui m’a marquée est en allant aux toilettes. Il n’est plus possible d’uriner debout, ce qui pour un homme est assez difficile à accepter. Une autre forme d’humiliation liée à la cage est la dévalorisation de son sexe. Personnellement je préfère quand mon sexe est bien dur et gonflé de plaisir, je suis presque fier dans ce cas de pouvoir le présenter à ma maîtresse.

Avec la cage, ce n’est plus possible. Mon sexe reste petit et inutile enfermé dans sa cage, c’en est presque risible. Ma maîtresse n’a pas d’utilité ni même d’envies devant mon sexe dans cet état. Je dois alors la satisfaire sans utiliser mon sexe. Il faut réapprendre à la satisfaire avec mes doigts, ma langue, des jouets… Il faut s’adapter à cette amputation et continuer a servir sa maîtresse malgré tout. L’humiliation suprême serait de voir ma maîtresse utiliser le sexe d’un autre alors que je serai enfermé dans ma cage. Elle n’aurait alors plus l’utilité de mon sexe et il me faudrait redoubler d’efforts pour la convaincre de me libérer à nouveau.

Je conseille vraiment l’introduction de la cage de chasteté à toutes les femmes qui aurait envie de redécouvrir leur sexualité avec leur conjoint.