Soumis frustré dans sa cage

L’idée d’acheter une cage de chasteté s’est faite assez naturellement lorsque nous étions au sexshop afin de faire quelques achats coquins pour pimenter nos ébats. Le fait de pouvoir contrôler complètement le sexe de mon homme m’a tout de suite interpellé et j’ai beaucoup aimé cette pensée. Ce qui me plaît tout particulièrement c’est de savoir que B m’est tout autant soumis psychologiquement que physiquement. Cette contrainte de métal autour de son sexe lui rappelle en permanence que je décide, que je domine, que je le possède, jusque dans son intimité. Chaque mouvement lui fait penser à moi : chaque fois qu’il la sent, qu’il la touche, qu’il l’entend même (avec le cadenas qui tape parfois contre le métal). Je suis presque tout autant dans sa tête qu’autour de son sexe. Cette idée de contrôle total est jouissive. J’aime savoir que son érection sera empêchée, que son sexe ne pourra être beau et grand uniquement pour moi, lorsque je l’aurai décidé. J’adore m’imaginer qu’aujourd’hui il ne pourra pas avoir d’érection en pensant à d’autres femmes, aussi désirables soit-elles. Qu’il ne pourra pas se masturber pour se détendre ou parce que la pression est trop forte. J’aime savoir que je suis la seule à pouvoir le faire jouir – ou pas -, et que c’est totalement laissé à mon bon vouloir et à mon discernement. 

Le plaisir suprême est de faire porter la cage à Monsieur, et de l’exciter pour lui montrer tout ce à quoi il n’aura plus droit le temps de son enfermement. Son état de soumission est tel qu’il gagne en ingéniosité pour vouloir me satisfaire pleinement. Il sait alors complètement, et jusque dans sa chair, que les choses vont se passer comme je veux, quand je le veux et où je le veux. Il intègre alors mieux l’idée qu’il doit me servir complètement. J’aime qu’il se montre sage et docile, afin de pouvoir le féliciter, l’encourager, et éventuellement lui donner une petite partie de moi, afin qu’il gagne en motivation pour poursuivre ses efforts : un baiser très langoureux, une caresse de mes seins, un doigt qui effleure mes parties intimes pour qu’il sente comme je suis chaude et humide… Je me caresse et me masturbe parfois devant lui, afin qu’il comprenne bien qu’à ce moment précis, je peux me passer de lui pour prendre du plaisir. Ce qu’il ne sait pas, c’est que mon plaisir est décuplé lorsqu’il me regarde avec ses yeux de bon soumis suppliant de le délivrer. 

 

 

Soumis frustré dans sa cage

 

L’un des orgasmes les plus puissants qu’il ait pu me donner avec sa langue et ses doigts fut lorsqu’il était enfermé dans sa cage. Cela n’a fait que confirmer l’idée que contraint et prisonnier, mon soumis se montre très perspicace, audacieux et performant. Etant totalement à l’écoute et attentif à mes sensations, mes désirs et mon plaisir, et non au sien, mon soumis me fait jouir terriblement bien. Cela me donne évidemment envie de le récompenser de tant d’abnégations. Je consens alors généralement à lui retirer sa cage. Parfois pour lui donner entière satisfaction en lui offrant ce que je sais lui plaire par-dessus tout (pour qu’il s’en souvienne et se dépasse encore plus la fois d’après), parfois juste pour me satisfaire moi-même, avec une envie animale et presque incontrôlable de pénétration, de le sentir tout au fond de moi. De l’enserrer encore, cette fois à l’intérieur de moi et plus dans sa si petite cage. Mais il doit alors attendre que je l’autorise à jouir, évidemment. 

Le port de la cage de chasteté demande cependant un petit temps d’adaptation dont je suis bien consciente. C’est pourquoi mon soumis ne la porte, pour le moment, que quelques heures d’affilé. Mais j’ai bon espoir de pouvoir la lui faire porter un ou deux jours de rang prochainement. Avant d’augmenter progressivement les cadences, pour mon plus grand plaisir !