Maitresse intime

Hier soir ma maîtresse et moi avons fait notre première sortie en club libertin. Cette idée nous donnait envie depuis plusieurs semaines maintenant. Nous en avons discuté plusieurs fois afin de voir ce que nous en attendions et jusqu’où nous souhaitions aller lors de cette première sortie.
Pour cette première, nous avons choisi un club assez éloigné de chez nous afin d’éviter toutes rencontres inopinée avec une connaissance. Le club proposait une soirée dont le thème nous correspondait, nous avons donc sauté le pas.

Le lieu et les propriétaires sont vraiment accueillants. Nous avons eu droit à un petit tour du propriétaire dont certaines salles sont condamnés pour cause de restrictions sanitaires. Le rez de chaussée est composé d’un bar, une salle de danse, un petit jardin extérieur et d’un salon plus isolé. A l’étage, les pièces plus intéressantes. La pièce principale est toute en longueur avec des fauteuils tout du long. A une extrémité un lit occupe l’angle de la pièce. A l’extrême opposé de la pièce une composition de salle de jeu. Une petite chambre avec des miroirs où il est possible de s’isoler. En face de celle-ci, une petite salle de torture, où des chaines avec menottes sont disposées à plusieurs endroits.  Une grande salle ouverte avec une petite scène sur laquelle est installée une chaise avec des attaches et des sangles. Un des murs est percé de plusieurs “gloryhole”, un petit passage permet de se faufiler de l’autre côté du mur. Un autre mur est découpé pour permettre l’installation de 2 personnes. Elles ont ainsi la possibilité d’exposer le bas de leurs corps d’un côté du mur pendant que le haut du corps reste discrètement de l’autre côté.

Le public est assez peu nombreux et globalement distant. Tout au long de la soirée nous n’aurons pas échangé avec d’autres personnes que le couple de gérant du lieu.
Un dizaine de couple et cinq hommes seuls sont présents. La moyenne d’âge est assez élevée. Les femmes présentent n’arrivent pas à la cheville de ma maîtresse. J’en suis à la fois très fière mais un peu déçu quand même.
Après avoir bu un verre nous décidons de nous isoler dans la petite chambre de l’étage.
Je commence par me déshabiller complètement sous le regard approbateur de ma maîtresse. Je m’agenouille ensuite pour lui enlever sa culotte qu’elle ne reverra pas de la soirée. Elle s’allonge sur le dos et je commence à me mettre à l’œuvre. Je la lèche et l’aspire avec beaucoup de plaisir. J’aime tellement sentir son corps se tordre de plaisir au rythme de mes coups de langue, je pourrais y passer des heures. Ma maîtresse m’arrête et demande à me sucer. Je la laisse faire quelques instants mais très vite ma langue en redemande. Je m’allonge à ses côtés et lui demande de bien vouloir se mettre sur moi pour que je puisse continuer à la lécher pendant qu’elle me suce. Cet instant est très agréable et la présence de miroirs au mur n’y est pas pour rien. Après quelques minutes de délectation, ma maîtresse veux être pénétrée. Je reconnais cette envie sur son visage avant même qu’elle ne l’exprime. Elle se met à quatre pattes, face aux miroirs, le regard plein d’envies. Je commence mes allers-retours en elle, son plaisir traverse le miroir avant de venir flatter mon ego.

Rapidement mon élan se freine et la magie retombe un instant. Mon sexe profite de ces quelques secondes pour se flétrir et décevoir ma maîtresse. Je la sens frustrée et déçue, ce qui me rend honteux. J’ai horreur de décevoir ma maîtresse. Elle reste cependant bienveillante et essaie de mettre sa déception de côté. Après un moment l’un contre l’autre, nous nous rhabillons et sortons de la pièce.

Nous prenons un verre tout en discutant et en échangeant sur ce lieu et ses hôtes. Nous décidons rapidement d’aller nous installer dans un coin de la pièce principale de l’étage, aux yeux de tous.

Je commence par embrasser et caresser ma maîtresse sous sa robe. Je m’aperçois qu’un premier homme nous a suivi et je sens au frémissement de ma maîtresse qu’elle l’a remarqué également. Je sens son excitation s’installer. Elle s’allonge sur le lit et remonte sa robe. Je la contemple une seconde, ravie d’être encore le seul à pouvoir l’approcher. Je commence à la lécher et à la pénétrer avec mes doigts. Je connais son corps et commence à en jouer comme d’un instrument. En déplaçant mes doigts en elle, j’entends ses gémissements qui varient en fonction de l’intensité de son plaisir. Je relève la tête un instant et je vois que les hommes sont maintenant trois a nous regarder. Je sens leurs regards envieux se poser sur nous. Ma maîtresse les regarde et je sens son plaisir à être ainsi observée. Elle se caresse les seins en me regardant puis en regardant ces hommes. Elle est très excitée et je sens à nouveau son envie de pénétration monter. Je sais que lors de l’une de nos prochaines visites ici, elle n’hésitera pas à utiliser l’un de ces hommes pour combler son envie. Cette idée m’envahit et me rempli d’excitation.

 

Je reviens rapidement à la réalité et je réalise que ce soir c’est à moi de combler ma maîtresse. Je ne suis pas sûr de pouvoir la satisfaire face à ces hommes. Je vais donc lui murmurer à l’oreille que je la prendrai en rentrant mais pas ici. Je ne suis pas très fier mais encore une fois elle sait cacher sa déception. Elle me demande de la faire jouir encore une fois et je m’exécute. Ma langue et mes doigts reprennent rapidement leur place et m’a maîtresse semble apprécier. Après quelques instants de plaisir, nous nous relevons. Les hommes s’échappent rapidement de notre vue à l’exception d’un dernier qui semble prendre plaisir à regarder ma maîtresse quelques secondes de plus que les autres.

Une fois rentré à la maison, je tiens ma promesse et pénètre ma maîtresse avec beaucoup de plaisir. Cette pénétration regonfle mon ego, probablement plus qu’il ne satisfait ma maîtresse. Elle semble cependant ravie de sa soirée et je prends plaisir à voir son imagination s’emballer sur notre prochaine soirée en club.

 

Comme beaucoup de première fois, celle-ci n’était pas parfaite. Elle nous a cependant permis de prendre nos marques et d’appréhender un peu mieux ce nouvel univers.

J’ai hâte de pouvoir retourner en club avec elle et de pouvoir assumer pleinement mon rôle de soumis. De voir ma maîtresse se satisfaire comme bon lui semblera et de la façon dont elle voudra.